Christian Julia
écrits
Ecrits
Ces vies dont nous sommes faits

Le récit de l’aventure qui m’a conduit à partir de 1987 de la découverte de mes vies antérieures à l’exploration de l’univers de la boxe pieds-poings et des cités de banlieue.

Prologue

Au cours d’une marche sur le chemin de Compostelle, une amie accepte de me tirer les cartes. Je veux savoir pourquoi mes projets personnels sont bloqués. Le tarot est formel : tout vient de ma difficulté de me mettre en avant. Pendant notre dernière nuit, je repense à des événements très personnels qui m’ont conduit à la découverte de mes vies antérieures il y a des années. Je n’ai jamais osé en parler. Peut-être le moment est-il venu ?

Chapitre 1

Ma vie dans un duplex à La Villette. Mon travail de chargé de production à la SFP, aux Buttes-Chaumont. Un souvenir d’enfance. A partir de 1971, une source m’inspire des nouvelles et un roman mystérieux. Isabelle n’arrive pas à définir notre relation. Sa vision d’un crash d’avion me rappelle celle de l’avion dans lequel mon meilleur ami a péri. Voyage dans le temps pour retrouver une vie antérieure commune avec Isabelle.

Chapitre 2

On offre à mon assistante de production une consultation chez une voyante qui « voit » les vies antérieures. Je consulte moi-même cette voyante. Louis XI. Florence. Pompéi. L’Île de Pâques. Camille Desmoulins. Des grèves dans le nord. Les extraterrestres.

Chapitre 3

Un nouvelle assistante de production, Claude, m’ouvre la voie vers les régressions dans les vies antérieures. Echec de la première tentative de régression. Je pratique seul les méditations dans mon bain. Vision de la planète bleue et de l’extraterrestre dans son engin. Rencontre en Italie avec Gérard de Nerval.

Chapitre 4

Approfondissement de la vie de Gérard de Nerval. Découvertes d’étranges correspondances avec ma propre vie. Isabelle est-elle Jenny Colon ? Problème de la gorge dans mes vies antérieures : guillotine, pendaison. J’ai du sang de boxeur dans mes veines.

Chapitre 5

Je suis nommé administrateur des studios de Bry-sur-Marne. Ma médiumnité se développe. Je pressens l’avenir. Je pratique la guérison par imposition des mains sur des amis. Je découvre que mon appartement est hanté. Mes amis aussi le ressentent.

Chapitre 6

Isabelle n’est pas la seule à venir de mon passé lointain. Avec Jean-Claude, un ami paysagiste, nous avons eu une vie commune de moines dans l’abbaye de Maillezais à l’époque où Rabelais y séjourne. J’ai connu Marc, un autre ami, à l’époque des cheveliers. Je l’ai fait assassiner. Il me révèle de quelle manière ! Mais je me rachète en le sauvant de la mort lors de l’accident du train à la gare de Lyon.

Chapitre 7

De nouvelles régressions. J’accompagne un livreur dans sa tournée. Je monte dans le cockpit d’un avion de chasse. Je baigne dans la lumière de l’amour universel. Mais ma vie n’en est pas bouleversée, du moins sur le moment... Je vais près de Saint-Lô avec Isabelle chercher la tombe de l’enfant qu’elle a été dans sa vie précédente. J’assiste avec Claude à une incroyable séance de médiumnité collective où des morts viennent délivrer des messages aux personnes présentes dans l’assistance.

Chapitre 8

Chercher ce qu’on a fait dans la vie immédiatement précédente. Découverte d’une jeune femme, Sylvie Rouart. Vacances en Vendée. Une voix intérieure me demande d’aller à Châteauroux où a vécu cette jeune femme. Arrivée dans la ville. Découverte des lieux vus en méditation. Régression dans cette vie. Découverte de mon karma. Sortie astrale du corps. Arrêt des méditations.

Chapitre 9

Je suis pressenti pour un poste important. Je quitte la SFP et j’entre à F.Productions. Burn out. La nuit obscure commence. Je décide de mettre toute ma vie dans des sacs-poubelle. Je me débarrasse de tous mes meubles, de tous mes livres, de tous mes objets. Objectif : tout devra tenir dans une petite valise. J’achète de grands cahiers pour écrire mon journal et décrire dans le détail mon processus de métamorphose.

Chapitre 10

Je commence la lecture de « Ma vie » l’autobiographie de CG Jung. Ses différences avec Freud. La quête de mon ombre. La métamorphose de l’âme et l’alchimie. Le monde extérieur se met à me parler par symboles. Je m’auto-analyse. La plasticité du monde extérieur et la théorie quantique. Les vies antérieures sont-elles des expressions de l’ego ?

Chapitre 11

Les habitants de la cité Michelet, en face de mes fenêtres, me fascinent. Les jumeaux arabes, les boxeurs thaïs, le body-builder. Rêve d’entrée dans une association de banlieue. Petite mort en allant à la cité des sciences de La Villette. Renaissance en faisant un détour par la cité Michelet. Et maintenant, que vais-je faire ?

Chapitre 12

Les appartements de mon immeuble sont mis en vente. Je me lie avec la vendeuse. Visite de l’autre appartement hanté. Visite du château de Mortefontaine. Je me débarrasse de tout. Je sais que je n’aurai plus d’argent au début juillet. Je découvre l’être. Des plombiers envahissent ma vie. Je déménage dans les treize mètres carrés d’une grande chambre que j’ai déjà décrite dans un ancien scénario.

Chapitre 13

Je veux devenir scénariste. J’écris un premier scénario pour une série sur le football, Goal, pour France 2. Mon scénario est pris. Je suis scénariste professionnel. Mon frère aîné décédé se manifeste. Justement, mon scénario traitait des « grands frères ». Je ne suis vraiment pas sportif. Je me sens des affinités avec les footballeurs. Rencontre avec un réalisateur marocain et avec son ami poseur de plafond tendu.

Chapitre 14

Scénariste est une fabuleuse carte de visite. Je découvre à Envoyé spécial Khalid El Quandili, champion du monde full-contact et président de Sport Insertion Jeunes. Et je retombe dessus à l’occasion d’un documentaire d’Ange Casta, Beurs. Je décide de le contacter. Je sens que j’ai un message à lui transmettre. Comment contacter un champion du monde de full-contact, fils d’émigré marocain, qui a passé sa jeunesse dans le bidonville de Nanterre ? Quête de l’opposé.

Chapitre 15

Rencontre avec Khalid El Quandili. Ecriture du projet de scénario Le Faiseur de pluie. Rien ne se passe. Khalid rencontre François Mitterrand. Le président assiste à Epinay-sur-Seine à la distribution de trophées à des « grands frères ». Je plonge dans la testostérone. Je découvre le karaté et la boxe pieds-poings. Khalid, l’enfant du Verseau. Découverte de la liaison entre l’évolution spirituelle et les pratiques sportives.

Chapitre 16

Khalid se décide enfin à parler et me révèle un lourd secret. Difficulté de poser des questions. La quête du Graal. Barton Fink. Découverte de la vie antérieure en Perse où j’ai connu Khalid. Ecriture d’un scénario sur la vie de Khalid. Je lis le livre de Brahim Bénaïcha « Vivre au Paradis » sur le bidonville de Nanterre et je convainc un réalisateur d’origine algérienne de l’adapter au cinéma. Je jette mes derniers objets et je me tourne complètement vers la boxe et les cités.

Chapitre 17

J’entre dans l’association Sport Insertion Jeunes comme secrétaire adjoint. Khalid monte avec la journaliste Isabelle Giordano une opération « Ciné-quartiers ». Je découvre la ville de Meaux. Je fais la connaissance du frère de Khalid, Abel, qui m’emmène dans la salle d’entraînement de la rue de Fublaines. Gala à Dinard. Je me mets à reconduire une automobile.

Chapitre 18

Khalid crée Siner’j. François Mitterrand préside une nouvelle nuit des trophées, cette fois à l’Institut du monde arabe. Jamel Debbouze fait ses premiers sketchs. Je commence à réaliser des photographies de boxeurs pour leurs affiches. Opération prévention été dans la cité Emmaüs d’Aulnay-sous-Bois. Mes dimanches dans des gymnases.

Chapitre 19

Je commence à remplir des fiches sur la boxe pieds-poings. La boxe est un sport spirituel. Je m’installe à Meaux, tout près de la salle d’entraînement de la rue de Fublaines. La boutique devient studio photo et lieu d’écriture d’un dictionnaire de la boxe pieds-poings. Les boxeurs chez les Gilles de Binche en plein ramadan. Khalid dans un dîner princier. Dîner avec un caïd de cité et ses admirateurs.

Chapitre 20

Sentiment d’isolement. Les cités sont des lieux d’enfermement. J’écris un scénario sombre, DSR. J’adopte un chat. Je le jette dehors. Il me laisse ses puces. Je fais un zona. Les cités sont une matérialisation de l’inconscient. On y rejette ce qui nous déplaît. Les cités modèlent les esprits. Les enfants des cités ne sont pas des enfants de la République comme les autres. L’injustice de notre monde est responsable du dérèglement climatique.

Chapitre 21

J’emménage à Paris. Mes projets de scénarios n’aboutissent pas. J’entre dans un institut de formation professionnelle. Je voyage beaucoup et je rencontre des adultes en plein développement personnel. Je passe d’un extrême à l’autre. Je découvre la liaison entre le caractère (le destin ?) et la forme du visage. J’emménage à Fontainebleau, où je m’ennuie. Je reviens à Meaux vivre près des boxeurs. La boucle est bouclée.

Chapitre 22

Le récit me réconcilie avec la première partie de ma vie jetée dans des sacs-poubelle.

© Christian Julia. 2013.
Reproduction interdite.

L’édition papier de ce récit est disponible aux Editions du Gymnase.

ISBN : 978-2-9531458-7-8.
Dépôt légal : Février 2013.

Vous pouvez télécharger la version PDF de ce récit
pour une lecture sur une liseuse :

Ce site vous plaît ? Aidez-moi à l'animer en me faisant un don
sur le site sécurisé de PayPal :